26/11/2006

Deux jours de crises

588725200
 

 

La vie n’est pas aussi belle que dans les tubes de variété française, la vie n’a rien de ce que l’on nous montre à la télévision ou pire au cinéma. La vie, j’sais pas ce que c’est au fond, un truc tout con, un truc qui dérange et qui plaît, un cadeau empoisonné. Ne m’en voulez pas pour ce cynisme ambiant, j’ai l’âme des mauvais jours, l’âme d’un dimanche. Demain je m’émerveillerai à nouveau devant le sourire d’un enfant, les merveilles de l’amitié…Moi j’suis comme ça, quand tout est morne, plat, triste, sans saveur, quand la boulimie me déchire le cœur, me bousille le corps, quand je n’ai pas la force d’aller aérer mes cellules, je m’en prends à la vie, à cette putain de vie à la con qui m’a séparé de mon père, qui m’a emprisonné dans le cercle vicieux de cette maladie faisant de moi un cruel petit monstre. Je me déteste quand je suis comme ça, je me hais physiquement, je me répugne moralement. La petite chieuse fait son caprice, voilà comme je l’entends. Punaise mais Diane, la ferme, il y a des gens sur terre qui crèvent de faim, qui meurent de froid, de solitude. Al’instant où tu parles, où tu clames tes jérémiades, il y a des gens que l’on torture, d’autres qui attendent la mort dans une chambre d’hôpital, des gens qui sont trop imbibés d’alcool ou de drogue pour réaliser à quel point ils ont mal. Tais-toi sale gosse, tais toi et ouvre les yeux.

19:52 Écrit par La Fille de l'Air dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

ne dis po ça... surtout ne dis po ça... je ne pense vrmt po ke tu souffres moins ke toutes ces personnes atteintes d'un cancer. La seule différence est ke les tca sont des maladies psyko et non physike mais ça ne signifie po pour autant kelle est imaginaire... je t'envois toute ma forçe, tiens bon, il y aura des jours meilleurs

Écrit par : tibouh | 28/11/2006

Cesses de culpabiliser.
Une douleur reste une douleur, peu importe l'intensité de celle-ci. Tu n'es pas plus à l'aise le bras dans le platre ou l'épine sur le pouce. On a toutes cette impression de faire un caprice. Que ça soit vrai ou faux on s'en fout, tout ce qu'on sait c'est qu'on souffre et qu'on cherche à le faire savoir. Penses à toi avant de penser aux autres. C'est malheureux ces gens sans toit, ces gens qui meurent de faim pendant qu'on gaspille 10 kg de bouffe dans les chiottes, c'est malheureux mais c'est ainsi, on n'a rien choisit. Ils n'ont pas choisit d'avoir le SIDA, on n'a pas choisis d'être porteuse de TCA. La vie est ainsi faite et notre influence n'a de poids que sur notre propre et seule existence. Ne t'arrêtes pas sur les malheurs d'autrui au risque de te noyer. Laisses-les, sois égoistes le temps de t'en sortir toi avant de songer aux autres. Prends le temps de te plaindre, de te haïr une bonne fois pour toutes pour te libérer et te retrouver. Le temps fait son oeuvre dans notre dos, il ne s'arrette jamais même quand on pleure nos malheurs, lui continue son chemin, consciencieusement en déclenchant d'autres choses qui empiettera notre proche futur.

Tu n'es pas une chieuse, juste une âme en peine cherchant à sortir de l'ombre.

Écrit par : Neko | 29/11/2006

Depuis quand l'anorexie est un caprice ma jolie ??? Certes, nous avons la chance d'avoir un certain confort, une santé moins triste que certain et alors??? Tu as le droit de pleurer, le droit d'avoir mal !!!! C'est une maladie mentale, certes, mais c'est une maladie tout de même....
Prends soin de toi ma belle....
Bisous

Écrit par : anamorphosé | 30/11/2006

Les souffrances ne se mesurent pas, elles ne se comparent pas. Elles se vivent, comme on peut.

Écrit par : Pschhh | 30/11/2006

Les commentaires sont fermés.